Préparation de la performance du 2 mars 2017 à Orléans

La performance du 2 mars 2017 à Orléans, qui va consister en une lecture augmentée des textes traduits en française, est l’occasion de tester nos outils et méthodes de traduction en grandeur nature. Elle sera présentée lors de l’exposition “Cabinet de curiosités des langues de France” à l’Université d’Orléans du 2 au 31 mars 2017

Le 20 janvier, en vue de préparer notre performance du 2 mars, nous avons rencontré Coraline Cauchi, directrice artistique de la compagnie Serres Chaudes http://serreschaudes.fr/ à Orléans.
Nous nous sommes tout de suite bien entendues autour du projet : Coraline sera donc la lectrice, tandis qu’Anne et Cécile mettront en scène les règles et outils de traduction à l’œuvre dans le projet.
Nous allons travailler ensemble, préparer et répéter la performance lors de notre prochaine résidence à la Labomédia à Orléans du 13 au 18 février.

RECHERCHES

– Le 16 janvier, nous avons fait  une réunion de travail avec nos conseillers scientifiques Olivier Baude (Professeur des universités, Directeur de la TGIR Huma-Num, Directeur scientifique de l’OL-DGLFLF) et Iris Eshkol (Maîtresse de conférences en linguistique à l’Université d’Orléans). Ils nous ont conseillé des méthodes et des outils, et nous avons discuté de possibles collaborations avec des informaticien⋅ne⋅s spécialistes du traitement automatique du langage (TAL).

– Le 19 janvier, nous avons rencontré Catherine Beaugrand, artiste, chercheure et éditrice (Les heures inégales), pour discuter avec elle de perspectives de réalisation d’éditions et de livres d’artistes. Nous avons échangé sur les formes d’édition en ligne et papier.

LECTURES

– Nous avons lu le roman “Les sorcières de la République” de Chloé Delaume, et sommes très intéressées par sa résidence à la librairie Violette & Co et au Palais de la femme autour de la thématique de sa prochaine pièce “Liberté parité sororité” http://www.chloedelaume.net/?cat=24.

Nous sommes en train de lire “« Dis Siri » – Enquête sur le génie à l’intérieur du smartphone” de Nicolas Santolaria.